Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 00:07

C’était d’ailleurs l’un des engagements du candidat Nicolas Sarkozy en 2007. Depuis, un ministère de l’immigration et de l’identité nationale a vu le jour. Une fois de plus, la promesse a été tenue. Le ministre Eric Besson vient d’annoncer l’organisation d’un débat sur le sujet dans tous les départements de France. Les uns sont choqués, certains sont perplexes, d’autres s’en réjouissent… Ces derniers n’ont pas tort. Depuis trop longtemps, la considération d’être français a été sous estimée.

 

Un peu d’histoire…

En 1989, j’ai appris « la Marseillaise » à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française. En la chantant avec tous les élèves de l’école de Darnieulles, nous avons (sans le savoir) appris à être unis autour d’un chant patriotique. C’était aussi une première main tendue de la nation nous sensibilisant à la fraternité. Dans un tout autre contexte, neuf ans plus tard, en 1998, la France remportait la coupe du monde de football. La fierté d’être français se lisait alors sur tous les visages. Entre temps et depuis, la sensation d’unité nationale n’a pas été au rendez-vous. Il était temps d’agir.

 

Qu’est ce que l’identité nationale ? C’est tout d’abord la fierté d’être français. C’est d’être fier de notre histoire. C’est respecter le drapeau national sans le siffler. C’est respecter la loi française sans la bafouer. Sans vouloir rentrer sur le terrain de la démagogie, ce débat doit servir à faire accepter plus facilement la différence de l’autre tout en respectant des critères d’intégration. Par exemple, je crois profondément que la France ne peut accueillir un étranger n’ayant aucune notion de Français.  Ce ne serait pas lui rendre service. En lançant ce débat national, Eric Besson fait preuve d’ouverture d’esprit et prouve que l’identité nationale n’est pas un sujet réservé à l’extrême droite. Tout comme la fraternité, qui n’est pas réservée aux meetings de Ségolène Royal…

 

J’imagine que de nombreux débats en France « dérailleront » parce certains citoyens assimilent l’identité nationale à la xénophobie et au racisme. Hors sujet ! La liberté, l’égalité et la fraternité sont des valeurs qui doivent être ancrées au cœur des discussions. Sans ces valeurs, les échanges n’auront aucunes limites et surtout aucun intérêt. Sous la présidence de Jacques Chirac, l’inscription automatique sur les listes électorales était un premier pas vers l’intégration d’une certaine population. Le vote obligatoire à chaque scrutin fera t-il partie des souhaits relevés au terme de ces échanges ? Réponse en février 2010 lorsque le rapport sera établi. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

F

je ne vois pas pourquoi ne nierai la réalité... moi...


Répondre
V

Pas misogyne voilà au moins une qualité !


Répondre
F

parler de ces choses là avec le cœur mobilise l'esprit plus que les connaissances orthographiques et grammaticales, je ne suis qu'un homme et ne peut faire plusieurs choses à la fois ...
contrairement au femmes... Enfin, je n'aime pas revenir sur ce que j'écris, ça manquerait de naturel et sonnerait aussi faux que la soupe que nous sert continuellement l'UMP


Répondre
V

les déficits augmentENT, la pauvreté aussi, l'endettement, et pendant ce temps là, il y a une minorité qui s'engraissE sur le dos de la majorité...
Pas si inutile finalement... et c'est gratuit !


Répondre
F

rôôôô... seraient j'aurais mis -ent à la fin... mais c'est pas faux...
complice du pillage du pays... ça va mieux comme ça... les déficits augmente, la pauvreté aussi, l'endettement, et pendant ce temps là, il y a une minorité qui s'engraissent sur le dos de la
majorité... j'appelle ça des complices, oui...
Je ne suis à l'heure actuelle pas à plaindre, mais par principe, principe républicains, d'égalité, de fraternité, en plus de donner du temps et de l'argent aux moins chanceux, j'y pense aussi un
peu, voire même, à la mesure de mes moyens, je les défends... car il y en a, vous semblez bien l'oublier d'ailleurs...
Vous sous prétexte de libertés, vous vous autorisez à faire tout ce qui n'est pas interdit... en oubliant que les libertés s'arrêtent là où commencent celles des autres... C'est aussi un principe
écrit dans le préambule de la constitution il me semble...


Répondre