Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 00:11

P1130237.JPG

Vendredi 24 Février, François FILLON visitait deux entreprises vosgiennes avant de prononcer un discours à Raon l’Etape. Les parlementaires vosgiens étaient tous présents et j’ai eu la chance d’y participer.


Pendant une demi-heure, le premier ministre a défendu la place des PME au sein des territoires. « Il n’y aura pas de retour à l’âge d’or à l’issue de cette crise », « les réalités ne sont ni de droite, ni de gauche » a prévenu François Fillon. C’est la raison pour laquelle l’Etat n’a cessé de soutenir les entreprises depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Résultat : 2 millions d’entreprises ont été crées depuis 2007. Parmi elles, 16.000 entreprises utilisent le « crédit impôt-recherche » et 80% sont des PME. Le régime fiscal a été allégé pour les entreprises innovantes et cette « niche » doit être préservée car elle est « utile pour le pays ».  Parmi les autres mesures importantes du quinquennat, François Fillon a cité :


- la création d’Oséo qui sera complétée par une nouvelle banque de soutien aux industries. Elle générera « 12 milliards de prêts pour les entreprises industrielles ».

- la réforme de la taxe professionnelle qui pénalisait les investissements et qui est remplacée par une taxe foncière. Cette mesure a fortement réduit le coût de production des entreprises.


P1130225.JPGLa compétitivité des entreprises est devenue la priorité du gouvernement et le 1er Ministre a indiqué que l’objectif devait porter sur l’harmonisation des coûts de production entre les pays de la zone « euro » pour contrer les délocalisations dans les pays de l’Est.


De plus, l’emploi des jeunes fera l’objet de mesures incitatives. Pour parvenir à des résultats rapides, l’apprentissage sera « boosté » en instaurant le dispositif « 0 » charge pour chaque entreprise qui embauchera un apprenti.  


Enfin, le Député de la 2ème circonscription a été félicité pour la loi « Cherpion » qui offre un accès privilégié à la formation professionnelle chez les jeunes. 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 02:08

Sur le perron de l'Elysée, Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, a mis fin dimanche à 20h15 au long feuilleton du remaniement, en annonçant la composition du gouvernement Fillon III.

Voici la liste par ordre protocolaire :

 

M. Alain Juppé, ministre d'Etat, ministre de la défense et des anciens combattants ;

Mme Michèle Alliot-Marie, ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes ;

Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement ;

M. Michel Mercier, garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés ;

M. Brice Hortefeux, ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration ;

Mme Christine Lagarde, ministre de l'économie, des finances et de l'industrie ;

M. Xavier Bertrand, ministre du travail, de l'emploi et de la santé ;

M. Luc Chatel, ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ;

M. François Baroin, ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, porte-parole du Gouvernement ;

Mme Valérie Pécresse, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ;

M. Bruno Le Maire, ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l'aménagement du territoire ;

M. Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication ;

Mme Roselyne Bachelot-Narquin, ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Maurice Leroy, ministre de la ville ;

Mme Chantal Jouanno, ministre des sports ;

M. Patrick Ollier, ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;

M. Eric Besson, ministre auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique ;

M. Henri de Raincourt, ministre auprès de la ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé de la coopération ;

M. Philippe Richert, ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargé des collectivités territoriales ;

M. Laurent Wauquiez, ministre auprès de la ministre d'Etat, ministre des affaires étrangères et européennes, chargé des affaires européennes ;

Mme Nadine Morano, ministre auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de l'apprentissage et de la formation professionnelle.

Mme Marie-Luce Penchard, ministre auprès du ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration, chargée de l'outre-mer ;

 

 

M. Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé du commerce extérieur ;

Mme Nora Berra, secrétaire d'Etat auprès du ministre du travail, de l'emploi et de la santé, chargée de la santé ;

M. Benoist Apparu, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé du logement ;

M. Georges Tron, secrétaire d'Etat auprès du ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l'Etat, chargé de la fonction publique ;

Mme Marie-Anne Montchamp, secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la cohésion sociale ;

M. Thierry Mariani, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports ;

M. Frédéric Lefèbvre, secrétaire d'Etat auprès de la ministre de l'économie, des finances et de l'industrie, chargé du commerce, de l'artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme, des services, des professions libérales et de la consommation ;

Mme Jeannette Bougrab, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, chargée de la jeunesse et de la vie associative.

 

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 00:07

C’était d’ailleurs l’un des engagements du candidat Nicolas Sarkozy en 2007. Depuis, un ministère de l’immigration et de l’identité nationale a vu le jour. Une fois de plus, la promesse a été tenue. Le ministre Eric Besson vient d’annoncer l’organisation d’un débat sur le sujet dans tous les départements de France. Les uns sont choqués, certains sont perplexes, d’autres s’en réjouissent… Ces derniers n’ont pas tort. Depuis trop longtemps, la considération d’être français a été sous estimée.

 

Un peu d’histoire…

En 1989, j’ai appris « la Marseillaise » à l’occasion du bicentenaire de la Révolution Française. En la chantant avec tous les élèves de l’école de Darnieulles, nous avons (sans le savoir) appris à être unis autour d’un chant patriotique. C’était aussi une première main tendue de la nation nous sensibilisant à la fraternité. Dans un tout autre contexte, neuf ans plus tard, en 1998, la France remportait la coupe du monde de football. La fierté d’être français se lisait alors sur tous les visages. Entre temps et depuis, la sensation d’unité nationale n’a pas été au rendez-vous. Il était temps d’agir.

 

Qu’est ce que l’identité nationale ? C’est tout d’abord la fierté d’être français. C’est d’être fier de notre histoire. C’est respecter le drapeau national sans le siffler. C’est respecter la loi française sans la bafouer. Sans vouloir rentrer sur le terrain de la démagogie, ce débat doit servir à faire accepter plus facilement la différence de l’autre tout en respectant des critères d’intégration. Par exemple, je crois profondément que la France ne peut accueillir un étranger n’ayant aucune notion de Français.  Ce ne serait pas lui rendre service. En lançant ce débat national, Eric Besson fait preuve d’ouverture d’esprit et prouve que l’identité nationale n’est pas un sujet réservé à l’extrême droite. Tout comme la fraternité, qui n’est pas réservée aux meetings de Ségolène Royal…

 

J’imagine que de nombreux débats en France « dérailleront » parce certains citoyens assimilent l’identité nationale à la xénophobie et au racisme. Hors sujet ! La liberté, l’égalité et la fraternité sont des valeurs qui doivent être ancrées au cœur des discussions. Sans ces valeurs, les échanges n’auront aucunes limites et surtout aucun intérêt. Sous la présidence de Jacques Chirac, l’inscription automatique sur les listes électorales était un premier pas vers l’intégration d’une certaine population. Le vote obligatoire à chaque scrutin fera t-il partie des souhaits relevés au terme de ces échanges ? Réponse en février 2010 lorsque le rapport sera établi. 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 12:21

Jeudi dernier, j’ai eu le plaisir de participer à la 6ème étape du tour de France du Grenelle à Chaumont (52). Cette manifestation à l’initiative de Chantal Jouanno, Secrétaire d’Etat chargée de l’écologie a réuni près de 400 personnes d’horizons différents.  A l’entrée de la salle, une association « écolo » distribuait des tracts visant à dénoncer la politique gouvernementale. Sans commentaire. Bruno Sido, rapporteur au Sénat du Grenelle 1 et 2 a introduit le débat en s’adressant aux personnes sceptiques : « le grenelle, ce n’est pas qu’une suite de mots. C’est surtout le démarrage d’un processus ». 

Chantal Jouanno s’est ensuite exprimée en rappelant la période de campagne présidentielle : « En 2007, les associations chargées de l’environnement ont demandé un moratoire sur les autoroutes, le nucléaire, les incinérateurs et les OGM ». La loi Grenelle 1 a pour objectif de diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre en France d’ici à 2020. Ainsi, l’Etat s’est engagé à investir dans la construction de 2000 km de ligne TGV, doubler les lignes de tramway dans les villes,…

Sujet inévitable… la taxe carbone présentée par Nicolas Sarkozy il y a quelques jours a été présentée : « Nous n’avons pas souhaité augmenter les prélèvements obligatoires. Il s’agit donc d’un système de bonus / malus (…) il y aura une prime à la ruralité et une prime à la famille ».

La secrétaire d’Etat a aussi amorcé le débat sur la bioéthique : "2010 sera l’année de la bioéthique". Dans un département où 40% du territoire est boisé, le sujet intéresse forcément.

Les élus et acteurs économiques de la Région Champagne Ardenne ont ensuite animé le débat autour de quatre thèmes : la biodiversité, énergie et bâtiment, le transport et la santé.

Concernant la biodiversité, l’idée est de conserver le capital génétique. Les collectivités sont incitées à créer une trame verte et une trame bleue : l’une pour sauvegarder les forêts, l’autre pour protéger les cours d’eau. Elle a commencé par citer un chiffre éloquant : dans le monde, 1 enfant meurt toutes les 17 secondes à cause de l’eau sale.

Chantal Jouanno s’est inspirée de cas concrets du quotidien pour sensibiliser le public. Par exemple, elle a mis en avant le problème du rejet de médicaments par les éviers : « C’est un vrai problème encore mal connu et qui a un impact certain sur la santé ». D’autre part, elle a soulevé le problème du phosphore dans les eaux usées qui crée des algues et menace les poissons.

Deuxième thème abordé : les énergies et le bâtiment. Le bâtiment regroupe 22 métiers qui devront faire des efforts de formation et de promotion des énergies dites « positives ». Sur le plan énergétique, la part des énergies renouvelables devra représenter 23% en France. De nouveaux parcs éoliens devront voir le jour pour que notre pays réalise cet objectif. En Haute Marne, l'installation de panneaux solaires n'est pas subventionnée. Le Président du Conseil Général Bruno Sido s'explique : "c'est un choix justifié car EDF rachète a un prix très intéressant l'électricité, ce qui suffit à inciter ces installations".

Le sujet du transport a été évoqué. La encore, les chiffres parlent : en 2030, le prix du baril atteindra 300 dollars. Chantal Jouanno a mis en garde : « regardez la prise de conscience lorsqu’il était à 100 dollars en début d’année ! ». Voilà pourquoi il est important de modifier les comportements et d’inciter à consommer autrement.

Le dernier sujet (et non des moindres tant il invite au débat) concerne l’enfouissement des déchets radioactifs. Le projet de Bure (55) a fait l’objet de nombreuses questions « piquantes » dans le public. Chantal Jouanno a indiqué que ce projet ferait l’objet d’un débat public.

En fin de séance, la secrétaire d’Etat s’est justifiée : « un ministre doit être sur le terrain. C’est pour cela que j’ai décidé d’organiser le tour de France du Grenelle. Dans chaque région, le débat est contradictoire, ce qui le rend intéressant » et de conclure « c’est à chacune et chacun de se saisir du sujet et de modifier ses comportements du quotidien ».

Partager cet article
Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 10:29
Cela devait être annoncé aujourd'hui mercredi... finallement, le secrétaire général de l'Elysée Claude Géant a communiqué la liste des noms qui composent le nouveau Gouvernement Fillon hier soir, peu après 20h. Je partage l'avis des médias qui évoquent "de nombreuses surprises" ) savoir : l'arrivée de Frédéric Mittérand, le départ de Yves Jego,... Le premier parce que la loi sur les droits d'auteurs, échec de Christine Albanel, méritait d'être soutenue par (à mon goût) la nouvelle génération; le deuxième parce que Monsieur Jégo avait été profondément juste sur la négociation portant sur le conflit antillais.


Sur proposition du Premier ministre, le Président de la République a nommé, le 23 juin, huit nouveaux ministres. Huit ministres ont quitté le Gouvernement.

D'après le communiqué de l'Elysée :

Sur la proposition du Premier ministre, le président de la République a nommé :

Jean-Louis Borloo ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat ;

Michèle Alliot-Marie ministre d’Etat garde des sceaux, ministre de la Justice et des Libertés ;

Brice Hortefeux ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales ;

Xavier Darcos ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité ;

Eric Woerth ministre du Budget, des Comptes publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat ;

Luc Chatel ministre de l’Education nationale, porte-parole du Gouvernement ;

Bruno Le Maire ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche ;

Frédéric Mitterrand ministre de la Culture et de la Communication ;

Michel Mercier ministre de l’Espace rural et de l’Aménagement du territoire ;

Henri de Raincourt ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement ;

Christian Estrosi ministre auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, chargé de l’Industrie ;

Valérie Létard secrétaire d’Etat auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie et du Développement durable ;

Jean-Marie Bockel secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Justice et des Libertés ;

Hervé Novelli secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services et de la Consommation, auprès de la ministre de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi ;

Rama Yade secrétaire d’Etat chargée des Sports, auprès de la ministre de la Santé et des Sports ;

Hubert Falco secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens Combattants, auprès du ministre de la Défense ;

Nadine Morano secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité, auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité ;

Pierre Lellouche secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes ;

Nora Berra secrétaire d’Etat chargée des aînés, auprès du ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité ;

Benoît Apparu secrétaire d’Etat, chargé du Logement et de l’Urbanisme, auprès du ministre d’Etat, ministre de l’Ecologie et du Développement durable ;

Marie-Luce Penchard secrétaire d’Etat chargée de l’Outre-mer, auprès du ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales ;

Christian Blanc, secrétaire d’Etat chargé du Développement de la Région capitale auprès du Premier ministre.

Par ailleurs,

Bernard Kouchner
Christine Lagarde
Patrick Devedjian
Valérie Pécresse
Hervé Morin
Roselyne Bachelot
Eric Besson
Laurent Wauquiez
Nathalie Kosciusko-Morizet
Dominique Bussereau
Fadela Amara
Alain Marleix
Anne-Marie Idrac
Alain Joyandet
Chantal Jouanno
Martin Hirsch
sont confirmés dans leurs fonctions.
Partager cet article
Repost0
4 février 2009 3 04 /02 /février /2009 00:45

Je ne reviendrai pas sur la politique d’investissement que le gouvernement a décidé de mener pour faire face à la crise. C’est évidemment la solution qui répond le mieux à la situation actuelle car 1€ investi c’est 1€ qui favorise et qui maintient des emplois en France.

 

Je ne reviendrai pas non plus sur le plan de relance « archaïque » proposé par les socialistes. Pourquoi archaïque ? Parce que le monde change… et je n’ai jamais autant entendu parler de l’ancien Président Mitterrand qu’aujourd’hui ! 

 

Il ne faut pas sortir bien loin de chez soi pour se rendre compte que la crise est au cœur de toutes les discussions.  En consultant le nombre de commentaires, le précédent article démontre combien le sujet passionne !  A ce propos, Nicolas Sarkozy sera sur les écrans de télévision jeudi soir pour expliquer son action aux Français. Je me réjouis d’une telle émission car notre Président devrait prouver en toute logique la cohérence du plan de relance.

 

Après le plan de soutien aux banques, après le plan de soutien aux entreprises, François Fillon a présenté ce lundi quelques 1000 projets prêts à démarrer dès cette année. Construction de logements sociaux ou de crèches, grands travaux sur les réseaux ferroviaire et routier, rénovation de quartiers... les projets sont ambitieux et aux vues du degré d’urgence, Patrick Devedjian, Ministre de la Relance, sera chargé de veiller à ce que l’argent public soit investi dès cette année. Dans l’Est de la France, l’A31 sera réhabilité, la liaison « Saint Clément – Azerailles (54) » sera enfin doublée, notre région se dotera d’un cycle de combiné Gaz à Blénod, la rénovation de la Gare d’Epinal sera poursuivie,…

 

Même si la crise actuelle n’est pas favorable à la cote de popularité du Président de la République, je persiste à penser que Nicolas Sarkozy est l’homme de la situation pour notre pays : il n’a d’ailleurs pas été élu pour être populaire, mais pour moderniser la France en faisant les réformes nécessaires. Imaginez si Ségolène Royal était au pouvoir !  Elle serait très certainement encore en train de faire le tour de France des débats participatifs pour préparer son projet…  Et l’urgence dans tout ça ?

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 23:00

Après avoir élargi il y a quelques jours le périmètre des fonctions de Martin Hirsch, désormais haut commissaire aux Solidarités actives contre la pauvreté mais aussi à la Jeunesse, l'Elysée a annoncé aujourd’hui le remaniement tant attendu. Mais il s'agit plus d'un réajustement qu'un remaniement et c'est la conséquence du départ de Xavier Bertrand pour l'UMP.

Brice Hortefeux a été nommé ministre du Travail, des Relations sociales, de la Famille, de la Solidarité et de la Ville. A ce titre, la secrétaire d'Etat chargée de la Politique de la ville, Fadela Amara, lui sera rattachée, tout comme la secrétaire d'Etat chargée de la Solidarité et la secrétaire d'Etat chargée de la Famille. Christine Boutin ne conserve donc plus que le Logement.

Ultime acte de rupture avec son ancienne famille politique et signe de sa montée en puissance, Eric Besson devient ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire.

Quant à Nathalie Kosciusko-Morizet, elle est nommée secrétaire d'Etat chargée de la Prospective et du Développement de l'économie numérique, auprès du Premier ministre. Selon l'Elysée, le secrétariat d'Etat à l'Ecologie, qu'elle quitte, sera pourvu "dans les meilleurs délais".

Avec ce mini-remaniement, Nicolas Sarkozy poursuit donc les ajustements par petites touches de l'équipe gouvernementale. Personnellement, je me réjouis de la nomination de Xavier Bertrand à la tête de l’UMP. Les socialistes vont encore nous faire une leçon de démocratie mais je suis convaincu qu’il a la confiance de l’ensemble des militants. Il a entamé un tour de France des fédérations en 2008, j’espère donc qu’il poursuivra son chemin en venant dans les Vosges en 2009.

Partager cet article
Repost0
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 10:58

Deux jours après les Municipales, l'Elysée a annoncé mardi soir un remaniement de gouvernement qui voit l'arrivée de six nouveaux secrétaires d'Etat et l'élargissement ou la modification des attributions de 12 ministres. Nicolas Sarkozy avait  indiqué qu'il ne voulait pas chambouler totalement son équipe de ministres dans la foulée de ces scrutins dont il "tiendrait compte".

yves_jego.jpgParmi les nouveaux entrants, le député Alain Joyandet, secrétaire national de l'UMP chargé des fédérations, devient secrétaire d'Etat à la Coopération et la Francophonie. Christian Blanc a été nommé secrétaire d'Etat chargé du développement de la "Région Capitale". Anne-Marie Idrac, ancienne présidente de la SNCF, a été désignée secrétaire NADINE_MORANO.jpgd'Etat au Commerce extérieur. Le maire de Toulon, Hubert Falco, devient secrétaire d'Etat à l'aménagement du territoire. Yves Jégo, porte-parole de l'UMP, a été nommé secrétaire d'Etat à l'Outre-mer. Il succède ainsi à Christian Estrosi qui a démissionné du gouvernement lundi pour se consacrer à la gestion de la ville de Nice, où il a remporté dimanche les élections municipales. Enfin, la Lorraine sera desormais représentée avec Nadine Morano (porte parole de l'UMP) qui a été désignée secrétaire d'Etat à la Famille. 

D'autres changent de poste : Luc Chatel devient le nouveau porte-parole du gouvernement, tout en restant laurent_wauquiez.jpgsecrétaire d'Etat à la consommation. Il perd le Tourisme mais gagne l'Industrie. Il succède à la fonction de porte-parole à Laurent Wauquiez, qui devient secrétaire d'Etat à l'Emploi. Alain Marleix, secrétaire d'Etat à la Défense chargé des Anciens combattants, devient secrétaire d'Etat à l'Intérieur et aux Collectivités Territoriales. Eric Besson, secrétaire d'Etat chargé de la Prospective et de l'évaluation des politiques publiques, s'est vu adjoindre le développement de l'Economie numérique. Jean-Marie Bockel, précédemment secrétaire d'Etat à la Coopération, a été désigné secrétaire d'Etat à la Défense et aux Anciens combattants.

Parmi les ministres, certains voient leur fonction s'élargir ou se modifier. Ainsi, Jean-Louis Borloo reste ministre d'Etat et devient ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. Nouvelle attribution pour Christine Lagarde, qui est nommée ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi. Brice Hortefeux est quant à lui désigné ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire. Xavier Bertrand se voit attribué le poste de ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité. Et Roselyne Bachelot-Narquin a été nommée ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative.

Partager cet article
Repost0